espace client   01 79 36 00 00  

Terminaux de paiement électronique pour les TPE / PME, quelles solutions innovantes et comment réduire sa facture ?

Voici un nouveau secteur qui a été largement bouleversé par l’arrivé d’Internet, bouleversement qui est en phase d’accélération depuis plusieurs mois : le secteur de la “monétique” terme barbare faisant référence au service d’encaissement des clients depuis un terminal de paiement électronique. Ces solutions qui dit en des mots simples consistent à encaisser des achats ou des prestations depuis un lecteur carte bancaire, et utilisé par 35% des entreprises en France.

Dans cet article, je ne détaillerai pas les solutions de paiement en ligne pour les Pros sur le Web, mais de ces solutions qui permettent de faire payer les clients dans un restaurant, dans les commerces, sur un stand professionnel ou encore chez un médecin via une carte bancaire.

Historiquement ce marché était totalement dominé par les banques, chez qui un grand nombre de clients s’approvisionnent encore aujourd’hui. Les offres proposées intégraient :

  • Le terminal de paiement électronique en lui-même (appareil dans laquelle le client insère sa carte de paiement et toutes ses options, comme par exemple le pin pad sur lequel le client saisit son code). Ces appareils devenant de plus en plus perfectionnés, intégrant notamment des écrans couleur (personnalisable au logo de l’enseigne) ou encore la technologie NFC qui permet aux détenteurs de cartes bancaires compatibles de payer sans contact, c’est-à-dire en passant uniquement la carte au-dessus de l’appareil sans saisir son code confidentiel
  • Les assurances de paiement, incarnée au travers de la carte commerçant remise par le banquier, qui garantit selon les conditions souscrites le bon encaissement des transactions. Ce métier étant le véritable cœur de métier du banquier ou de l’assureur qui apporte une tranquillité de gestion, car les encaissements sont validés et garantis (la banque facturant alors un abonnement et prélevant un pourcentage des sommes perçues)
  • Et l’abonnement télécom permettant d’interroger les serveurs bancaires pour valider ou invalider la vente. Historiquement le client devait souscrire une ligne téléphonique simple (dite ligne analogique) chez son opérateur télécom, les terminaux de paiement passant ensuite des appels sur des numéros spéciaux surtaxés pour interroger les serveurs et avoir la validation de l’encaissement. Ces appels étant paramétrables par le client, soit à chaque transaction, soit sur certaines transactions (comme par exemple en cas de dépassement de seuil tarifaire).

Depuis quelques années, le marché à été bouleversé par l’arrivée de nouveaux acteurs sur le marché : les opérateurs télécoms. En effet, ces acteurs ont pu apporter aux professionnels des solutions innovantes et sécurisés à des tarifs jusqu’à 30% moins chers.

Comment les opérateurs ont-ils réussis ce tour de force d’améliorer le service tout en diminuant le coût pour les clients ?

Tout d’abord concernant l’amélioration de la qualité du service, les opérateurs ont apporté plus de sécurité et de souplesse aux clients en dotant les terminaux de paiement de 2 sorties pour communiquer : une sortie filaire, reliée à une box internet, et une sortie mobile, utilisant en cela une carte SIM intégrée aux terminaux de paiement pro. Ainsi les clients ont la garantie qu’en permanence leur terminal sera en capacité de communiquer avec les serveurs bancaires et donc, très concrètement, ont la garantie d’encaisser en permanence les transactions de leurs clients.

Par ailleurs arrivant sur le marché en tant que nouvel entrant, ils équipent les commerçants, pharmaciens, garagistes, médecins, … avec les toutes dernières technologies des constructeurs de terminaux de paiement électronique. Comme évoqué précédemment les terminaux sont de plus en plus sophistiqués, qu’il s’agisse de NFC, de personnalisation, de terminal mobile, d’intégration de lecteur de carte vitale, …

Ces opérateurs ont donc apportés du plus aux professionnels en arrivant sur le marché et ont profité d’une évolution du marché vers une nouvelle technologie pour s’affirmer en acteur de référence : la bascule du marché vers l’IP. Les serveurs bancaires, auparavant interrogés par des appels sur des numéros surtaxés, sont dorénavant interrogeables via Internet. Et de fait le prix des appels ont considérablement diminué : en effet, le coût n’est dès lors plus qu’un coût de connexion à internet (illimité depuis le fixe, en Mo depuis le mobile) et non plus le coût d’appel téléphonique à près de 30 centimes l’appel. Par ailleurs, qui de plus légitime pour fournir ces accès à Internet que les opérateurs télécom et pour en garantir un service de qualité.

Ainsi un commerçant payait en moyenne 77€ HT par mois et par terminal de paiement électronique (location du terminal, abonnement, numéros surtaxés), au début des années 2010. Aujourd’hui il est possible pour les mêmes usages, avec des terminaux de dernière génération, de ne payer que 40 à 45€ HT par mois.

Seuls 20% des 1,5 millions de terminaux de paiement actuellement sur le marché ont opéré la bascule, restés captifs de fournisseurs bancaires assis sur une véritable “vache à lait”. Certes il sera toujours nécessaire de conserver un abonnement carte commerçant chez son banquier, pour garantir et assurer les paiements, ce qui ne pose pas de problème étant donné que les coordonnées commerçant sont compatibles avec tous les terminaux de paiement référencés par les opérateurs. Et pourtant la bascule vers un opérateur IP ou mobile s’opère extrêmement facilement et rapidement, l’opérateur B2B étant le plus souvent un installateur sur site.

Alors qu’est-ce que vous attendez pour rejoindre un opérateur et bénéficier de mieux pour moins cher ?

Laisser un commentaire

Fermer le menu