Olivier Mouilleseaux, Auteur à Digimium | Standard Téléphonique dans le Cloud pour Entreprise

 Qu’est-ce que la Worktech ?

Worktech

Depuis l’avènement d’Internet et des technologies qui en dépendent, nous assistons à une transformation et une mutation du monde du travail ainsi que de ses acteurs. Par exemple, vous connaissez sans doute les biotech, vous avez peut-être entendu parler des Fintech: des startups qui réinventent la finance à l’aide des technologies. Parfois en bousculant les acteurs établis du secteur. Ce terme “tech” est finalement applicable à tout secteur d’activité à compter du moment où l’on peut y introduire une technologie digitale qui apportera un changement réel voir marqué à ce que l’on connaît déjà. Penchons-nous sur le terme de Worktech, sa définition, ses attributs, ses apports dans le monde du travail et les acteurs concernés.

 

Comment définir la worktech et ce qu’elle englobe (Workplace, Digital Workplace, les outils digitaux…) ? Et quels sont ses apports pour une entreprise et ses collaborateurs ?

 

La worktech désign l’ensemble des acteurs qui vont mettre en place de nouveaux outils, de nouvelles approches, afin d’accompagner les mutations en cours sur le marché du travail. 

 

Nous allons, dans le cas présent, nous pencher à l’approche suivante, qui définit la worktech comme un ensemble d’outils digitaux mis à disposition des collaborateurs afin d’améliorer leur productivité et les aider dans certains cas à mieux réaliser leur travail.

 

Prenons le cas de la Digital Workplace. Nous pouvons le définir comme un environnement de travail numérique, accessible à tout collaborateur au bureau comme en mobilité, qui va rassembler un ensemble d’outils, différents selon le métier, dont l’objectif est de faciliter le travail au quotidien du salarié et répondre à ses besoins.

 

Ces outils répondent à plusieurs changements dans les façons de travailler : les salariés sont davantage en interaction entre eux ou avec des fournisseurs, clients, et la rencontre physique tend à se réduire pour des questions de coûts, de déplacements, voir d’écologie.

 

Également, nous assistons de plus en plus dans nos sociétés, à un assouplissement de la présence en entreprise de ses salariés : les entreprises privilégient de plus en plus des solutions de travail dites “souples”, tel que le télétravail ou bien encore le flex-office, en effet, il est difficile à l’heure actuelle d’obliger ses salariés à être présents à 100% du temps, à cause de plusieurs éléments : la mobilité accrue des travailleurs, la conciliation vie professionnelle – vie privée, les éventuels soucis de transports ponctuels, etc. 

Un salarié à qui l’on fait confiance, équipé en conséquence, via des outils adaptés, et donc sollicité et concerné dans son travail, se sentira en confiance au sein de son entreprise et sera davantage productif. Cette notion de télétravail peut également servir à décharger financièrement et juridiquement les entreprises lors d’arrêts maladies, par exemple. 

 

Au sein de ces nouveaux espaces de travail digitaux, la problématique réside cependant dans la distribution de l’information et la multiplication potentielle de nombreux outils de collaboration : l’idée est de ne pas surcharger le collaborateur, mais aussi de centraliser les moyens d’échanges afin de limiter la perte d’information, qui peut survenir si l’on multiplie les canaux d’échanges ; des solutions, alliant téléphonie, de la visioconférence, audioconférence, partage d’écran, envoi de fichiers et messagerie instantanée existent et rationnalisent vos outils entre vos collaborateurs, comme avec des interlocuteurs externes à votre société.

 

Quelques exemples d’acteurs, et d’utilisations possibles, de la fintech à la worktech

 

Prenons tout d’abord l’exemple des entreprises de la fintech, qui a révolutionné le monde de la finance, tant dans son fonctionnement que les possibilités qu’elle offre.

 

Nous pouvons évoquer les Fintech BtoC, qui se rapprochent du consommateur finale (Lydia, Leetchi, etc.) via des applications mobiles et des automatisations de transfert d’argent. 

Dans le BtoB, nous pouvons citer par exemple Kantox, qui facilite le transfert de devises en ligne entre PME et grands comptes.

 

Il existe bien d’autres modèles économiques de fintech, cependant, on retrouve à chaque fois un point commun entre ces acteurs : la mise en place d’outils digitaux, des interfaces friendly, des automatisations… 

 

Dans le domaine de la worktech et plus spécifiquement de la digital workplace, de jeunes startups développent des outils et les mettent à disposition des professionnels afin d’améliorer leur environnement et façons de travailler.

Nous pouvons prendre l’exemple de Jalios, qui met en place des solutions de Digital Workplace, qui est un environnement numérique où chaque collaborateur accède quotidiennement, selon ses rôles, aux informations, aux connaissances, aux applications et aux personnes pour travailler ensemble efficacement.

 

D’autres outils, tournés résolument RH, comme les chatbots de recrutement, les modules de formation et de suivi des candidats existent également en ce sens.

 

Digimium fait parti intégrante de ce monde de la worktech, grâce à nos outils de téléphonie et de collaboration dans le Cloud, qui rapprochent les collaborateurs malgré la distance et unifient les outils de travail (visioconférence, audioconférence, transfert de fichiers, messagerie instantanée, partage d’écrans…) : nous pouvons prendre l’exemple de la solution Webex by Cisco (Calling & Meeting & Teams), qui va permettre à une entreprise de facilement piloter ses outils de téléphonie, de collaboration et d’administration en interne comme en externe. 

 

Nos équipes se chargent de l’intégration pour vous. Prenez contact dès à présent avec nos équipes et demandez nous une démo !

Pour terminer, nous pouvons aujourd’hui définir 4 grands axes qui expliquent le développement et l’explosion des worktech :

  • Employabilité : Mettre en place les meilleurs outils afin de recruter des salariés, et surtout, de leur fournir des outils efficaces et adaptés, afin de garder les talents dans ses effectifs
  • Le futur du travail de demain : les travailleurs sont de plus en plus distants, le télétravail tend à se banaliser, et surtout, la génération des millenials, très technophile, arrive sur le marché du travail et ne jure très souvent que par les nouvelles technologies.
  • La présence grandissante des SoftWare : ils deviennent indispensables en entreprise et interviennent sur toute la chaîne du fonctionnement d’une entreprise ; il convient donc de disposer des outils adaptés à ces utilisations.
  • La gestion du personnel et des compétences : un environnement ”Worktech friendly” permet aux managers d’améliorer la gestion de leurs équipes et facilite la mise en lumière des compétences de chacun, et donc leur exploitation au profit de l’entreprise.

 

Il est important de bien intégrer ces solutions de Worktech, afin qu’elles ne se retournent pas contre les collaborateurs et desservent l’entreprise et ses activités. Voici les éventuels risques à éviter :

  • multiplier les outils, en oubliant de former ses équipes ou sans y trouver un réel apport pour l’activité, entraînant une perte d’efficacité
  •  confondre l’humain et la technologie, il est nécessaire de ne pas déshumaniser le travail des collaborateurs à travers des outils de ce type.

 

Digimium, se veut acteur de votre transformation digitale et accompagnateur de la mise en place de ces workplace : nous avons la certitude que la définition du projet, la formation à l’utilisation et le suivi sont les éléments clefs de la réussite et de la bonne intégration de nos solutions de Communications Unifiées chez nos clients. Vous pouvez nous contacter pour discuter de vos projets, nous réalisons des audits gratuits au sein de vos établissements, n’attendez plus !

 

Sources

What is Worktech ? 

Venture Capital Investment in WorkTech is Booming

Explore the future of work and workplace 19’ 

Explore the future of work and workplace 18’

C’est quoi une Fintech ? 

L’intranet c’est fini, place à la digital workplace

Plan Communal de Sauvegarde (PCS) : comment assurer la continuité du service téléphonique?

Plan Communal de Sauvegarde (PCS) : mairie, collectivités, comment assurer le maintien du service téléphonique dans votre Plan de Continuité d’Activité ?

 

Certains sinistres et risques peuvent perturber fortement le fonctionnement d’une organisation publique, notamment les mairies et les communes, avec des conséquences pouvant aller jusqu’à la cessation totale de l’activité de la mairie et / ou de ses antennes (écoles, médiathèques, crèches, pépinières d’entreprises, …).

Les origines des incidents peuvent être diverses : catastrophe naturelle (inondations, tempêtes, neige, verglas, éboulements, orages violents, canicules, incendies, ruptures de barrage…), risque sanitaire (contaminations, fermetures pour non-conformité, …), défaillance des infrastructures (coupure électrique, panne du système d’information, …).

Depuis l’abrogation de la Loi n° 2004-811 du 13 août 2004 de modernisation de la sécurité civile, en Mars 2012, les communes doivent se doter d’un Plan de Sauvegarde Communal qui « détermine, en fonction des risques connus, les mesures immédiates de sauvegarde et de protection des personnes, fixe l’organisation nécessaire à la diffusion de l’alerte et des consignes de sécurité, recense les moyens disponibles et définit la mise en œuvre des mesures d’accompagnement et de soutien de la population ». En résumé : le PSC prévoit l’organisation nécessaire pour assurer l’alerte, l’information, la protection et le soutien de la population en cas d’incident majeur.

Dans ce cadre, le service téléphonique, premier point de contact des administrés avec leur commune (43% des contacts avec une commune en France en 2019) est un outil essentiel pour maintenir la communication avec leurs administrés en cas d’urgence (et donc l’information et le soutien de la population). D’autant plus qu’en cas d’urgence les requêtes des administrés explosent.

Alors, que vous soyez Directeur Général des Services (DGS), Directeur Général Adjoint (DGA), Chef de Cabinet du Maire, Directeur Technique ou Directeur des Systèmes d’Information (DSI) : comment pouvez-vous garantir en toute situation la joignabilité téléphonique de votre commune ?

La réponse est simple : le Cloud et la 4G !

Découvrez ci-dessous comment Digimium propose des solutions souples, sécurisées (redondance) et mobiles pour permettre à vos équipes communales de garder le contact avec la population en toute circonstance.

 

Quels sont les objectifs du Plan de Sauvegarde Communale en matière de téléphonie pour votre commune ?

 

En cas de crise grave (incendie à l’hôtel de ville, attentat, catastrophe naturelle) toutes les Directions de la commune sont mobilisées.

  • Mise en place d’un numéro d’urgence, numéro vert, et d’une cellule service administré de crise, afin de pouvoir répondre au plus grand nombre.
  • Maintenance du contact entre les équipes de la commune, les agents, notamment pour coordonner leurs actions
  • Réponse à l’obligation de continuité de service
  • Facilitation d’un retour rapide à la normale dans un délai réduit

 

QUELLE SOLUTION DE TELEPHONIE RETENIR POUR MAINTENIR LE SERVICE EN TOUTE CIRCONSTANCE ?

 

Votre téléphonie actuelle fonctionne grâce à un PABX ou IPBX hébergés sur site ? vos téléphones de bureau ne fonctionnent que sur la prise « brassée » et dédiée à ce combiné ? Vous n’avez pas accès à votre téléphonie lorsque vous êtes en déplacement ?

Alors il est grand temps de basculer sur une technologie qui va répondre aux exigences du Plan de Sauvegarde Communale en faisant le saut vers la téléphonie sur IP en Cloud.

Quels bénéfices pour votre commune en cas d’incident :

  1. Le standard téléphonique n’est plus présent physiquement dans votre mairie : il est dans les infrastructures de votre opérateur (Digimium par exemple) : le « PABX » étant hébergé et redondé il ne pourra pas brûler, être inondé ou subir de coupures électriques.

 

  1. Si vous continuez à utiliser des téléphones de bureau : vos téléphones ne sont plus liés à une prise « brassée » : branchez-le sur n’importe quel routeur et il fonctionnera. Si vos téléphones ont brûlé dans l’incendie ? pas de souci, activez un nouveau téléphone (conservé à l’extérieur de la mairie) pour recevoir les appels, en moins de 5 minutes.

 

  1. Si vous souhaitez utiliser un softphone, téléphone qui fonctionne sur PC, Mac ou smartphone : l’impact est encore plus réduit, vous pourrez recevoir vos appels par un simple re-téléchargement de l’appli sur n’importe quel ordinateur ou smartphone.

 

Si vous souhaitez encore plus sécuriser la situation, les solutions de téléphonie sur IP en Cloud comme celle de Digimium fonctionnant grâce à un simple lien Internet : je recommande d’avoir également une « roue de secours » pour l’accès internet.

Le lieu qui servira de « camps de base » pendant la crise (ex : un lieu de repli en cas d’incendie de la mairie) devra être équipé de 2 liens internet distincts : soit DSL + Fibre Optique, soit DSL + 4G.

Digimium propose ainsi systématiquement à ses clients et partenaires « Collectivités Locales » un routeur fonctionnant en même temps sur un lien filaire et sur une carte SIM 4G. Ainsi les téléphones IP ou les softphones fonctionneront quoiqu’il arrive sur le réseau pour garantir une joignabilité permanente.

Si vous souhaitez rencontrer des interlocuteurs de mairie en France, qui ont mis en place un tel service ou si vous souhaitez obtenir des comptes et des postes téléphoniques de prêt gratuitement, contactez-nous via www.digimium.com

 

 

 

Sources

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Plan_communal_de_sauvegarde

Guide%20PCS

https://www.gouvernement.fr/risques/les-collectivites

 

Quels sont les avantages et bénéfices d’une solution d’enregistrement d’appels en ligne (en cloud) ?

Les entreprises qui conservent et téléchargent les appels enregistrés en local au sein de leur entreprise, s’exposent à des risques forts : dégradations et pertes de données, vol ou falsification des données. Digimium et Dubber s’associent aujourd’hui pour fournir une plateforme d’enregistrement d’appels sécurisée et fiable, qui répond aux attentes des clients entreprise, à un coût mensuel par utilisateur et sans investissement préalable.

Pourquoi les solutions sur des serveurs en local dans votre entreprise présentent des risques ?

L’enregistrement des appels effectués au sein de votre entreprise sur un serveur en local comporte trois risques majeurs :

  • Sécurité : les appels enregistrés et stockés en local, sont beaucoup plus vulnérables au vol, à la dégradation ou à la falsification. Ne disposer que d’un seul serveur sur site signifie qu’un incendie ou une panne de courant peut détruire tous les enregistrements, sans possibilité pour vous de pouvoir les récupérer.
  • Coût : l’utilisation et la maintenance d’une solutions de stockage sur site est coûteuse, aussi bien à mettre en place qu’à entretenir au quotidien. Les entreprises doivent très souvent avoir des collaborateurs dédiés à la gestion de ces serveurs ou doivent faire appel à des prestataires externes dont les services sont coûteux. Étant donné que des incidents surviennent fréquemment, cela peut engendrer des frais d’intervention supplémentaires fréquents.
  • Absence de suivi des modifications : avec une solution locale, les utilisateurs peuvent écouter, partager ou supprimer des enregistrements sans laisser de trace de leurs actions.

En savoir +

Enregistrement des appels et loi MIFID II : quelles sont vos obligations ?

Née d’un projet de loi étudié par la Commission Européenne et le Parlement Européen, cette directive est le résultat d’une dérogation apportée sur la régulation des marchés d’investissements financiers, plus connus sous l’appellation MIFIF II et MIFIR.

Concrètement, cette directive MIFID II transforme en profondeur toute l’industrie de la finance en Europe en rendant obligatoire l’enregistrement des conversations téléphoniques, appels entrants comme sortants, pour toute entreprise du milieu financier : banques, assurances, sociétés de crédits, conseillers financiers et investisseurs, etc.

En savoir +

Le standard téléphonique automatique dans le Cloud : pourquoi le choisir ?

Le standard téléphonique, plus communément appelé PABX (Private Automatic Branch eXchange) pour les entreprises, est un outil nécessaire au bon déroulement de l’activité des professionnels, car il permet de nombreuses choses.

Apparu dans les années 1960, il a révolutionné la communication des entreprises en permettant la prise en charge de grands volumes d’appels, depuis l’extérieur de l’entreprise mais aussi entre ses propres salariés. Le PABX est connecté au réseau téléphonique public commuté (RTC).

Par la suite, des solutions en IPBX, un autocommutateur utilisant le protocole internet (IP), ont vu le jour, suivies du 1er Cloud PBX en 2003.

En savoir +

La loi MIFID II : ce qu’il faut retenir

Suite à la directive MIFID I de 2007, visant à mieux identifier les profils d’investisseurs et à améliorer la transparence des produits financiers, c’est l’entrée en vigueur, depuis janvier 2018, de “MIFID II”.

Le compte à rebours est lancé. La directive européenne concerne les produits d’investissements et vient renforcer sa petite soeur (actions, obligations et fonds de placements) du monde financier. En savoir +